• brahamiavocat

1 mai : L’histoire de la fête du travail en France


La fête du travail a été instaurée à l’origine comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail.

Au début du XIXe siècle, l’économie est en pleine croissance grâce à l’industrialisation et les progrès techniques. Néanmoins, les conditions de travail sont particulièrement inhumaines et déplorables : les journées de travail des hommes, des femmes et des enfants sont de 17 heures, tous les jours de la semaine, pour un salaire misérable.

Le 1er mai 1886, une manifestation est organisée à Chicago pour exiger la journée de travail de 8 heures, manifestation qui aboutit à la condamnation à mort de plusieurs manifestants.

En 1889, à l’occasion du centenaire de la Révolution Française, le Congrès international socialiste décide de faire de chaque 1er mai, une journée de revendications sociales avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures. C’est la « journée internationale des travailleurs ».

Le 1er mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers.

Le 23 avril 1919, le 1er mai devient une journée chômée et le Sénat ratifie la journée de 8 heures de travail.

C’est en 1941 que le 1er mai devient « la fête du Travail et de la Concorde sociale ».

En 1947, le 1er mai devient un jour férié chômé et payé pour tous les salariés sans conditions. Ce n’est qu’en 1948 que le 1er mai est officialisé comme « fête du Travail ».

Depuis le XXe siècle, la tradition est d’offrir un brin de muguet, symbole du printemps.

Le 1er mai reste une journée de lutte pour de meilleures conditions de travail !

  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icône

LB AVOCAT

LAETITIA BRAHAMI

LB AVOCAT

Copyright © 2020 Laëtitia Brahami, tous droits réservés

Mentions légales -  Politiques de confidentialité